Conte . Les Majoufles

À la maison, la fille de la veuve, tout lui était dû: à l’autre, rien. La première, si elle faisait un rôt, c’était une merveille. Quant à l’autre, elle aurait pu parler des perles, elle n’aurait jamais été qu’une fille de rien. L’une était vêtue comme la reine et se nourrissait de tout ce qu’il y avait de bon. L’autre, nue pour ainsi dire, devait se contenter des épluchures. Bref, il arriva qu’un jour de décembre ce fut l’anniversaire de la fille de la veuve. La pleurnicheuse eut envie de manger des fraises. Elle déclara à sa mère :

— Je veux des majoufles!

— Des majoufles? Mais, ma petite, il n’y en a pas! Ce n’est pas la saison!

— Je veux des majoufles!

— Je te donnerai des oranges, ma petite. C’est le moment. Mais des majoufles, je ne puis en fabriquer!

— Je veux des majoufles!

A cet instant,   A cet instant, l’autre, plus jolie que jamais, entre dans la grande cuisine, toute chargée d’un gros fagot de bois pour faire un bon feu dans la cheminée.

— Ah! te voilà, fainéante! Eh bien, tu vas me chercher des majoufles. Et ne reviens que si tu les rapportes. Et elle accompagna ses paroles d’un revers de main qui manqua  de renverser la pauvre enfant. Sans mot dire, la fillette s’en alla en retenant les larmes qui perlaient à ses longs cils noirs. Elle s’éloigna et gagna la garrigue en entendant « gronder à ses oreilles les jurons de l’homme de la veuve, épaulu et barbu. *

Elle marcha, elle marcha longtemps à travers la neige et les giboulées, à travers la bise et la glace. Elle marcha longtemps, longtemps. Tout en marchant, elle songeait :

— Où irai-je, pauvre malheureuse, pour chercher des majoufles?

Car elle savait bien qu’il lui serait impossible de retourner à la maison si elle ne trouvait point de majoufles. La lune s’était levée. La garrigue s’éclaira comme en plein jour. Des oiseaux chantaient et venaient se poser sur les épaules de la fillette. Puis ils s’envolaient en lui faisant signe de leur petit bec pointu. Et voici que la garrigue se mit à se couvrir d’arbres, d’arbres qui, parmi la neige blanche, portaient de grosses majoufles  rouges. Les petits oiseaux chantaient comme s’ils riaient et la cisampe chantait doucement comme eux. La petite ne sentait plus du tout le froid ni le vent. Elle ramassa son plein tablier de fraises rouges tout en chantant dans la nuit claire comme le jour.
Quand elle fut de retour à la maison, la veuve, son mari et leur fille n’en pouvaient croire leurs yeux. Ils mangèrent les majoufles à s’en étouffer.

— Il te faut y retourner, fainéante ! Tu en as pris tout juste pour nous faire envie! Vilaine coquine! Et nous irons avec toi pour savoir qui te les a données, arrogante! `

— Mais personne ne me les a données! répondit doucement la petite. Je les ai cueillies sur les arbres!

— Tu nous prends pour des oies? Ou bien tu es sorcière, mauvaise graine de bohémienne? répondit rageusement la veuve.

— Allons! Zou! Marche! Mais marche donc, vilaine bête (Il faut savoir, disait ici mon reïre-gran, qu’en ce temps-là le Bon Dieu n’avait point encore créé ni les arbousiers et pas davantage les yeuses).

Dans la garrigue sèche, il n’y avait que des cades et des genévriers éparpillés au milieu des clapas (Tas de pierre). Et l’hiver la bise s’en donnait à cœur joie sur la neige glacée.Il fallut donc que la pauvre petite retournât à travers la garrigue d’hiver, sans manteau, sans fichu, dans le froid glacial de cette nuit de décembre, La veuve la poursuivait et l’aiguillonnait en lui pinçant les bras jusqu’à lui faire venir le sang. La fille de la veuve lui lançait des cailloux pointus sur ses mollets nus déjà bleuis de froid. Et le mari de la veuve jurait au-dessus de sa tête à croire qu’il s’agissait du tonnerre du diable.

La pauvre petite cheminait, vers la haute garrigue. Elle avait perdu son rire et ses yeux se baignaient de larmes que le froid gelait en perles précieuses le long de ses longs cils noirs. Elle se mit à courir, à courir pour fuir les ongles de la veuve, les cailloux de la fille et les jurons de l’homme. Elle ne s’arrêta que lorsqu’elle fut à bout de souffle. Exténuée, elle se laissa tomber dans la neige toute blanche. * La veuve, derrière, avait voulu lui tenir pied. Mais quand elles eurent dépassé le gouffre d’eau morte du fond sombre de la combe, voici que, tout soudain, une multitude d’arbres couverts d’épines se mirent à sortir de terre, à bourgeonner, à  grandir, à pousser des branches dans tous les sens. Si bien qu’en quelques instants ils eurent recouvert la garrigue tout entière. La veuve eut beau se débattre, se baisser, se glisser sous les branches basses, elle finit par demeurer prisonnière au milieu des épines qui terminaient les petites feuilles vertes. Tant et si bien qu’il lui fut désormais impossible d’avancer aussi bien que de reculer. Bientôt elle ne put  même plus bouger. Finalement même son petit doigt s’arrêta de se tordre au bout de sa griffe. Son mari épaulu et barbu, à coups d’épaule désespérés, à coups de barbe hirsute, essaya d’aller un peu plus loin, de percer l’épaisseur toujours croissante des épines au bout des petites feuilles vertes. Mais il eut beau foncer comme un ours, buter comme un vieux bouc : peine perdue ! A son tour, il fut pris de tous côtés, enserré, enveloppé si bien qu’il dut s’arrêter. Comme la veuve, il s’immobilisa et ne bougea plus. Quant à la fille de la veuve, elle s’était plantée au bord du gouffre d’eau morte. Cette eau l’épouvantait. Elle se mit à pleurer, à pleurer, à pleurer, pleure-toi que tu te pleureras! en regardant ses larmes tomber goutte à goutte dans l’eau morte du gouffre sombre où la  lune imperturbablement riait. Elle y pleura tant que la pauvre niaise y resta. * Pendant ce temps la fillette des majoufles, étendue parmi la neige blanche, s’était retournée vers le ciel, où des milliers d’étoiles souriaient gentiment. Elle se sentait si calme et si tranquille maintenant! Maintenant que plus personne ne la poursuivait pour la pincer, lui jeter des cailloux pointus, jurer comme le tonnerre du diable par-dessus sa tête. La lune, de ses rayons de diamant, baignait toute la garrigue. La lumière était aussi douce, aussi claire qu’en plein jour de printemps. Les petits oiseaux chantaient à plein gosier et venaient se poser sur les épaules de la fillette et ils n’en partaient plus. Ils sautillaient de ses épaules sur sa mignonne bouche et lui apportaient bien doucement, bien gentiment, au bout de leur petit bec pointu de douces, de délicieuses, de fraîches majoufles rouges, si parfumées, si pleines de miel. Délicatement ils les déposaient sur les petites lèvres rouges de la fillette. Toute la garrigue autour de la fillette au clair sourire, s’était recouverte d’arbres qui, au milieu de la neige, portaient de belles grosses majoufles rouges. De tous côtés arrivaient de petits oiseaux à tire d’aile qui chantaient et  dansaient en voletant. Leurs petits becs jaunes, leurs fines gorges rouges, leurs élégantes ailes vertes, leurs longues queues blanches, leurs tout petits yeux pleins de rires d’amitié, tout cela dansait joyeusement devant le mignon visage de la petite ravie. Et les majoufles, sur leurs arbres, souriaient, toutes rougissantes de plaisir tandis qu’elles s’inclinaient vers la fillette qui, bien au chaud dans la mousse neigeuse et savoureuse, s’endormait tout doucement.

Plus jamais la maison noire de l’affreuse veuve ne revit le rire de la petite.

A travers la nuit de décembre, la bise murmure, en grand secret, à l’oreille des petits enfants qui s’endorment en attendant Noël, que la fillette des majoufles, les oiseaux l’emportèrent dans leur saint Paradis. Mais pas davantage la maison noire de la méchante veuve ne vit jamais retourner la veuve maigre et sèche, pas plus que sa fille pleurnicheuse et niaise, pas plus que son mari épaulu et barbu. Mais depuis ce temps-là, toutes les nuits de décembre, près du gouffre d’eau morte, au fond de la combe, il y a un saule qui pleure, une piboule maigre et sèche qui gémit à travers la cisampe sur la rive de la combe, et, sur la crête, un orme mort où les chouettes hululent, au milieu des yeuses épineux qui montent la garde tandis que les arbousiers joyeux dansent,  dansent de leurs mille et mille feuilles d’argent sous la blanche lune. Et voilà pourquoi, mes petits enfants, disait mon reïre-gran, il y à tant et tant d’arbouses rouges et tant et tant d’yeuses épineux à travers la garrigue. Voilà pourquoi au fond sombre de la combe où dort le gouffre d’eau morte, il y a toujours un saule qui pleure, un saule toujours accompagné d’une longue piboule maigre et sèche; un saule qui pleure et une piboule sèche et maigre tout à côté d’un orme mort!  »

 

Notes :


Source : Marcel Barral et Charles Camproux :contes-et-légendes-du-Languedoc Fernand Nathan. 1951.

Classification
Carte Monde