Dictionnaire de la Littérature Orale

Retour au Dictionnaire
Renouveau du conte

Néo-contage

Le renouveau de cet art ancestral s’impose dans le domaine de la littérature orale à partir des années 80, en prenant des formes nouvelles qui, tout en se nourrissant d’une tradition riche, aboutissent à un mouvement pouvant être défini comme néo-contage.

Depuis le milieu des années 1950 sur le continent américain et au milieu des années 1960 dans la vieille Europe, les conteurs se sont organisés dans une nouvelle mouvance.

La tradition orale, très liée à un monde rural en pleine transformation, a laissé place à une tradition de l’oralisation inscrite dans l’urbain.

Là où le livre n’avait eu qu’une importance relative dans la transmission du répertoire, voici qu’il se positionnait au centre de la transmission des récits oraux, devenait populaires.

Les collecteurs, les folkloristes, les ethnologues avaient déjà largement contribué au passage de l’oral à l’écrit, en réécrivant, ou transcrivant les récits entendus de vive voix ou reçus dans des correspondances. C’étaient, en partie, ces mêmes récits que l’on allait retrouver à la source du renouveau du conte. Car pour beaucoup de conteurs de ce renouveau, les contes étaient avant tout des objets littéraires qu’il fallait réinscrire dans une oralité.

Des hommes de théâtre, des chanteurs, des poètes, mais aussi quelques porteurs de traditions, ou des animateurs, des bibliothécaires devenaient des nouveaux conteurs, convaincus que ces récits étaient assez importants pour ne pas être oubliés.

En 1989, le mouvement a pris assez d’ampleur pour que les scientifiques s’interrogent sur son origine et sur ses raisons d’être. Le CNRS à l’initiative de Geneviève Calame-Griaule organise un important colloque où des conteurs, des chercheurs, des animateurs… se retrouvent pour exprimer les motivations qui les inscrivent dans ce mouvement.

Pour aller plus loin

Bérard Danielle et Pons Christian-Marie, 2002, Les jours sont contés : portraits de conteurs / photographies de Danielle Bérard, s.l., Planète rebelle. Montréal (Québec).
Bloch Muriel, 2008, La sagesse de la conteuse, s.l., Oeil neuf, 127 p.
Calame-Griaule Geneviève (ed.), 1991, Le Renouveau du conte =: The Revival of storytelling, Paris, Editions du Centre national de la recherche scientifique : Presses du CNRS, diffusion, 449 p. Download
Cazaux Henri, 1993, Le conte est bon, Lyon, Association Voies Livres.
Gibeault Stéphan et Pellerin Fred (eds.), 2003, " Le renouveau du conte : entre popularité et pop-oralité / Il faut prendre le taureau par les contes ! ", Spirale : arts • Lettres • Sciences humaines, 2003, no 192, p. 23‑24.
Gorog Veronika, 1982, « Qui conte en France aujourd’hui? Les nouveaux conteurs in Conteurs », Cahiers de Littérature Orale Paris, 1982, no 11, p. 95‑116.
Gorska Magdalena, 1996, Conteur en France : aujourd’hui une profession ?, Varsovie.
Gougaud Henri et Salle Bruno de La, 2002, Le murmure des contes, s.l., Desclée de Brouwer, 328 p.
Hernandez Soazig, 2006, Le monde du conte: contribution à une sociologie de l’oralité, Paris, France, Hongrie, Congo (République démocratique du), 317 p. Download
Hindenoch Michel, Conter, un art ? Propos sur l'art du conteur, 1990-1995., L'Armitière., s.l., La Loupiote.
Jolivet Michel, 1995, Le conteur en-jeu: Actes du colloque des 14 & 15 décembre 1994, s.l., La Maison du conte.
Lavoie Sébastien, 2005, " Où en est le renouveau du conte? ", Lettres québécoises : la revue de l'actualité littéraire, 2005, no 120, p. 15‑16.
Lebert Elise, 2000, Les conteurs : émergence d’une profession, DESS développement culturel et direction de projets, Université Lyon 2, Lyon.
Littorale Collectif, 2007, L’art du conte en dix leçons, s.l., Planète rebelle, 262 p.
Markale Jean, 1982, « Généalogie du conteur in Conteurs », Cahiers de Littérature Orale Paris, 1982, no 11, p. 117‑122.
Martineau Myriame, Tierno de Siqueira Giuliano, Hernandez Soazig et Ponsin Annabelle, 2015, « Le renouveau du conte au Québec, au Brésil et en France: analyse comparative et nouvelles perspectives pour une sociologie de l’oralité », Cahiers de recherche sociologique, 2015, no 59‑60, p. 229‑243.
Massie Jean-Marc, 2001, Petit manifeste à l’usage du conteur contemporain: le renouveau du conte au Quebec, s.l., Planète rebelle, 91 p.
Patrini Maria, 2002, Les conteurs se racontent, Genève, Suisse, éd. Slatkine, 320 p. Download
Perrot Jean et Perrault Institut international Charles, 2004, Les métamorphoses du conte, s.l., Peter Lang, 400 p.
Pons Christian-Marie, 2001, Contemporain, le conte? : --il était une fois l’an 2000, s.l., Planète rebelle, 122 p.
Sahuc Philippe, 2001, La notion d'oeuvre orale, Paris, Ministère de la Culture (coll. " Mission du Patrimoine ethnologique ").
Salle Bruno de La, 2005, Pourquoi faut-il raconter des histoires ?, s.l., Autrement, 244 p.
Salle Bruno de La, Fauliot Pascal, Hindenoch Michel et Gougis Emmanuelle, 1984, « Pratique et enjeu de l’oralité contemporaine. », Vendôme, Clio.
Salle Bruno de La, Hindenoch Michel, Gougis Emmanuelle et Thirouard Sophie, 1985, Raconter aujourd’hui ? : enquête réalisée par le Centre de Littérature Orale entre novembre 1984 et mars 1985, Vendôme, Clio - Centre de Littérature Orale.
Touati Henri, 2000, L'art du récit en France : état des lieux, problématique, Ministère de la Culture, Direction de la Musique, de la Danse, du Théâtre et des Spectacles. Download Download
Vaber Douhoure et Bernadette Bost, 2004, Le Renouveau du conte: l’exemple du conte spectaculaire, s.l., Grenoble: ELLUG.
Yashinsky Dan et Billard Jean-Antonin, 2007, Soudain on entendit des pas--: contes pour le XXIe siècle, s.l., Planète rebelle, 333 p.
❧ « Conter, un art de la parole. Premières journées d’études sur les pratiques artistiques, orlae, narratives contemporaines », 1994, Vendôme.
Synonymes :
neocontage, néo-contage, néocontage, nouveaux conteurs
◄ Revenir à l'index du dictionnaire