Dictionnaire de la Littérature Orale

Retour au Dictionnaire

Béotiana

Les Béotiana sont un des genres de la littérature orale qui sert à la moquerie ethnique (Exp. se moquer du village voisin). Des contes facétieux aux ethnonymes, l’espace interlocal fourmille de trajectoires moqueuses enchevêtrées dont ce type de récits fait partie.

Les Béotiana sont un des genres de la littérature orale qui sert à la moquerie ethnique (Exp. se moquer du village voisin). Des contes facétieux aux ethnonymes, l’espace interlocal fourmille de trajectoires moqueuses enchevêtrées dont ce type de récits fait partie.

Un exemple.

Le petit village de Rosières, situé sur la grand’route de Bastogne à Neufchàteau, au canton de Sibret, est célèbre dans toute la contrée par la prétendue sottise des habitants :c’est elle aussi une capitale de copères! Et ce qui fut raconté dans la Revue sur les braves Dinantais, est large ment endossé aux habitants de Rosières.
La collection des béotiana de ce canton est donc assez riche et, sans tomber dans des redites, il sera possible d’enrichir la collection, de quelques aventures burlesques que, parmi tant d’autres, les terriens attribuent généreusement à nos béotiens ardennais.

C’était une fois une féte à Rosières et, ma foi, ils voulaient se régaler.
On envoie à Bastogne trois ou quatre compères,les plus malins,pour aller acheter un jambon, un vrai jambon de Bastogne.
Ils ne devaient pas oublier de demander comment il fallait le cuire pour être bon.

Ils « font marché » avec le « Petit Mon Oncle », ou un autre, je ne sais plus, et ils lui demandent :
– Comment faut-il le cuire ?
L’homme explique de son mieux puis, il dit:
– Je vais vous l’écrire pour que vous ne l’oublier pas.
Et il leur écrit sur le papier.

Bien fiers, ils reviennent vite à Rosière pendant l’après none.
A la nuit (au soir) ils devaient cuire le jambon et faire ripaille.

Les compères se rassemblent dans le cabaret. On apporte le jambon et on le met sur (devant) l’âtre du feu.
Et voilà le plus malin, celui qui savait lire, qui dit :

– Je vais expliquer comment il faut le cuire. Écoutez bien…

Pendant qu’il lisait, qu’il épelait les mots et que les autres écoutaient avec bec au large (ouvert), un gros chien saisit le jambon et s’en va avec.
On crie : « Aie! le chien à volé le jambon! »

– Ce n’est rien, mes amis, dit le malin, laisser-le courir; il ne fera jamais rien avec, il n’a pas le papier.

In Wallonia : N° 1 Janvier 1895.

En savoir plus

Pour aller plus loin

Abry-Deffayet Dominique « Espace des contes entre clochers. Le réseau de la moquerie narrative autour d’un foyer de béotiens : Les Gets (Haute-Savoie) » In Cahiers de littérature orale N°20, 1986.

◄ Revenir à l'index du dictionnaire